À propos

Là où tout commence…

1997 – Deux ans après la sortie de la Playstation en Europe, le jeu Final Fantasy VII fait fureur sur la célèbre console 32bits… c’est dans le courant de la même année que je naquit. J’aime cette coincidence car, même si mes premiers jeux étaient plutôt des choses simple à manipuler pour un jeune enfant (Collin McRay Rally, Eccho, Tomb Raider III etc…),  celui qui me marqua le plus et me fis définitivement basculer dans la passion du jeu vidéo fut précisemment ce Final Fantasy VII. Sûrement parce que je ne savais pas encore lire et que cette inaccessibilité me faisait quelques peut rager, sûrement parce que j’ai du me contenter de regarder mes frères y jouer pendant des années avant de pouvoir m’y mettre, ou encore parce que jusqu’à aujourd’hui, c’est le rpg auquel j’ai le plus rejoué tellement on ne peut se lasser de l’histoire. Cette fixation obsessionel pour l’univers de ce jeu et par extension à l’univers des autres opus de la série est là où tout à commencé !

Objectifs de mon blog

Aujourd’hui j’étudis enfin la programmation, une activité qui m’intrigue et me passionne depuis mon adolescence. C’est tout naturellement que je m’orienta vers le dévellopement de jeu vidéo que je pratique en amateur. J’ai un niveau modeste pour le moment, mais j’aime partager ce que j’apprends ainsi que mes nouvelles expériences ! J’ai la volonté d’aider les jeunes qui, comme moi, cherche à s’orienter dans l’informatique mais aussi dans les mathématiques, ma seconde passion. Pour cela, j’essaie de parler d’avantage des écoles, des emploies, de l’univers du jeu indépendant pour documenter mes lecteurs. Des interview d’étudiants et de jeunes débarquant sur le marché du travail sont également prévuent. J’espère que mon blog leurs permettra d’observer de plus prêt ces domaines professionels et les aidera à s’en faire une idée plus concrète pour mieux savoir ce qu’ils aiment. Je souhaite également les aider à acquérir ou perfectionner leurs connaissances que ce soit en maths ou en prog, c’est pourquoi des articles de vulgarisations scientifiques ou des articles plus théoriques destinés à un public déjà connaisseur cohabitent sur ce site. Evidémment je site toujours mes sources pour plus de pertinence, ce qui permet aussi d’allé plus loin. J’écris également des articles qui n’ont rien à voir avec tout cela, parce que ça me fait plaisir et que c’est un chouette passe-temps que de tenir un blog !

Mes petites compétences !

Après avoir tâté et abandonné le C++ vers mes douze ans, c’est finalement à l’âge de seize ans que je commence à réellement coder. D’abord en Python, puis en Java. Je maîtrise en plus le JavaScript, l’HTML/CSS, j’entâme le PHP cette année à la fac, j’ai quelques notions de C# et de C. Mon moteur de prédiléction est Godot Engine, largement préféré à Unity pour son code open source, son forum et son serveur Discord hyperactif et surtout le fait que ça soit orienté objet et non composant comme sont concurent. J’ai également de bonne base en dessin, j’utilise Inkscape, Paint Tool Sai 7 et Gimp pour créer mes assets et les animes généralement sur Spriter, un logiciel similaire à Spine mais que j’ai eu gratuit. Pianiste de formation, je gratte un peu sur ma guitare et aime composer sur FL Studio. Toujours utile en game jam, je ne prétenderais quand même pas à la composition pour un jeu sérieux à promouvoir, préférant laisser ça à des amis bien plus compétent que moi sur le plan musical ! Enfin, j’ai suivit un cursus scolaire assez mathématiques en commençant par un echec en prépa MPSI, mais une bonne continuité en licence maths-info. J’adore tout ce qui est logique, ce qui s’emboîte, ce qui fait cogité. Du coup mes domaines mathématiques préférés sont l’algèbre, la cryptologie, les probabilités et ce qui concerne la théorie des jeux et des graphes. J’aimerais en savoir plus sur tout ce qui est génération procédural, intelligence artificielle également. La puissance des algorithmes, les automatisations de concepte qui nous permettent de faires des choses folle comme le machine learning me fascine.

Une annecdote qui explique beaucoup de chose

Rendu timide et peut confiant par le sentiment d’être mal adapté aux goûts des autres, je n’ai pas vécu une mauvaise enfance loin de là, mais disons que ça ne fait que quelques temps que je m’épanouis enfin en me pardonnant tout mes « défauts » qui n’en sont finalement pas ! J’accorde beaucoup d’importance aux droits d’être sois et à la tolérance, c’est pourquoi je suis désormais membre du RIJV (Rassemblement Inclusif du Jeu Vidéo), une association à but non lucratif souhaitant rendre les jeux vidéo plus inclusif pour toutes les minorités ou groupes discriminés, que ça soit pour leurs handicaps, leurs appartenance à une éthnie, une culture, une identité de genre ou une orientation sexuelle. Mais au delà de ça, je m’intéresse beaucoup aux jeux qui exposent des problèmes de société pour faire prendre conscience de certaines réalités aux joueurs. On peut cité des titres comme Bury me, my love , Paper Please , That Dragon, Cancer ou encore  A Normal Lost Phone. Il y a également tout ces jeux qui s’optimisent aux maximum pour être accessibles à tous, y compris les personnes ayant certains handicap. Même si je ne compte pas devenir développeur militant et ne parler que de ça, j’aimerais pouvoir un jour travaillé sur des projets avec des messages autant porteur que ceux cités plus tôt. En attendant, j’écris des articles sur comment concevoir un jeu de manière plus inclusif (tout en acceptant le fait que l’inclusivité n’est qu’une caractéristique d’un jeu, à l’instar de la simplicité, l’accessibilité, la beauté, cela n’est ni une obligation, ni ce qui définit à elle seule si un jeu est bon ou mauvais).